Contribution Jean-Luc Bennahmias n°1

Jean-Luc Bennahmias

Un nouveau modèle de développement

Demain ne sera pas comme hier, demain ne sera pas même comme aujourd’hui.

Dès demain les voitures rouleront sans conducteur. Dès demain les usines auront des robots pour remplacer le travail humain. Dès demain des imprimantes 3D fabriqueront à façon, depuis les objets de la vie courante jusqu’aux prothèses médicales. Dès demain les sciences et les technologies changeront massivement le visage de notre quotidien.

Ce sera le moment d’un choix de société : utiliser ce progrès scientifique et technique pour enrichir toujours plus ceux qui dominent le monde, ou partager ce progrès.
L’extrême droite prétend faire tourner la roue de l’Histoire à l’envers, et comme c’est impossible, elle plongerait la société dans le chaos et la violence, en désignant quelques boucs-émissaires qui seraient tenus pour responsables de toutes les difficultés.

Toujours plus de chômage, encore plus de précarité, encore plus de chacun pour soi, sous prétexte d’auto-entreprise imposée, le retour au salaire à la pièce, baptisé « Ubérisation », voilà le programme de la droite qui croit l’heure de son retour venue.

Une autre voie est souhaitable, une autre voie est possible. Ma candidature est ici pour l’incarner.

Le Revenu minimum peut assurer à chacun de nos concitoyens de ne jamais tomber sous le seuil de pauvreté et de disposer de moyens de construire sa vie.

La Sécurité sociale professionnelle peut effacer le spectre de la peur du chômage et de la précarité, en garantissant une carrière fluide tout au long de la vie.
Un nouveau modèle de développement permettra ces avancées, basé sur les énergies renouvelables, l’économie circulaire, une agriculture saine mettant en valeur les territoires, l’utilisation optimale de toutes les richesses de la planète, en sauvegardant sa biodiversité animale et végétale.

Une politique économique rigoureuse pour tout ce qui est de l’apurement des dettes du passé, sera combinée avec une politique généreuse et ambitieuse, pour tout ce qui est de la préparation de l’avenir.

Pour une telle politique, pour une telle ambition, il faut une majorité très large, la proportionnelle en est une des conditions.

Comme en 1945, plus qu’en 1945, les décisions qui sont devant nous ont une portée immense et demandent de retrouver la capacité de faire dialoguer les Français pour former un arc démocratique et progressiste qui aille très au-delà de l’actuelle majorité, vers la droite, comme vers la gauche. Ce qu’avait su faire le Conseil national de la Résistance.
La France peut-être à la hauteur de ce défi.
Je vous propose, ensemble, de le relever.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×