Contribution François de Rugy n°3

François de Rugy

Pour la France de tous les progrès

Madame, Monsieur,

A peine ouverte, cette campagne de la primaire prend déjà fin : son calendrier, imaginé dans l’hypothèse d’une candidature de François Hollande, et la distinction entretenue entre « grands » et « petits » candidats ont probablement été des handicaps pour que puisse se dérouler une confrontation claire et complète des projets portés par les uns et les autres.

Malgré ces difficultés, je crois que nous devons collectivement nous réjouir d’un exercice démocratique serein, qui nous aura permis, au cours des débats télévisés notamment, de présenter et préciser des projets différents, sur lesquels vous êtes appelés à trancher dimanche prochain.

Je veux remercier ici les militantes et les militants des partis organisateurs de la primaire, et en premier lieu, parce qu’ils sont les plus nombreux, les militants socialistes qui, en tenant les bureaux de vote ces deux prochains dimanches, permettront à la démocratie de vivre concrètement.

Ce premier tour de la primaire ne désignera pas le candidat : c’est le 29 janvier que vous ferez ce choix.

Dimanche, c’est du projet, de son orientation, de son cap, qu’il s’agit.

Au cours de cette courte campagne, mon objectif a été de porter le cap d’une écologie responsable, réaliste, concrète. Une écologie qui porte tout à la fois les préoccupations quotidiennes des Français et la vocation qui a toujours été celle de la gauche : celle d’incarner de nouveaux progrès sociaux, sociétaux, économiques, européens.

J’ai la conviction que les progressistes, face à une droite régressive et une extrême droite réactionnaire, peuvent emporter l’adhésion des Français au mois de mai prochain.

Mais à deux conditions : que nous soyons collectivement capables de rénover notre projet et que nous incarnions la sortie d’un conformisme politique et médiatique que tant de nos compatriotes ne supportent plus.

La gauche est forte, la gauche est fidèle à son histoire, quand elle se montre capable de se saisir de nouvelles idées et de se réinventer.

Je vous invite donc, pour ce premier tour du projet, à oser et à innover.

Oser, innover, c’est ce que font tant de nos concitoyens, au sein de leur entreprise, du service public dans lequel ils travaillent, mais aussi dans les associations, dans leurs engagements humanitaires : ces femmes et ces hommes attendent d’être reconnus, accompagnés, soutenus. Ils ne font pas la une des médias. Ils sont pourtant la France de demain, celle du projet que je vous propose de soutenir et de porter dimanche : celui de la France de tous les progrès.

 

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×