Contribution Benoît Hamon n°1

Benoit Hamon

Le Revenu universel, la protection sociale du 21e siècle

 « Il faut rappeler avec fermeté que la protection sociale n’est pas seulement l’octroi de secours en faveur des plus démunis pour leur éviter une déchéance totale. Au sens le plus fort du mot, elle est pour tous la condition de base pour qu’ils puissent continuer d’appartenir à « une société de semblables » ». Ces mots du sociologue Robert Castel nous les faisons nôtres. Ils viennent rappeler l’objectif de la gauche que nous revendiquons : la protection de chacun et l’égalité pour tous. La création de la Sécurité sociale marqua une immense avancée, une profonde révolution, celle d’un État protecteur qui ne se résout pas à l’inaction devant la pauvreté, les inégalités, l’injustice.

Face aux défis que nous connaissons que sont le chômage de masse, la robotisation et la numérisation, la crise du salariat, l’accroissement de la souffrance au travail et de la perte de sens, cette protection paraît insuffisante à offrir à tous les moyens de son émancipation. La gauche ne peut accepter que beaucoup ne soient plus protégés et que ceux qui le demeurent en soient stigmatisés. C’est donc à nous qu’il revient de construire la protection sociale de demain. Il s’agira d’une transformation complète de notre protection dont l’une des révolutions sera la mise en place d’un revenu universel d’existence. Il consiste à verser à chaque Français un revenu de 750 euros mensuel de manière inconditionnelle. Ce revenu, c’est la protection qu’attendent les Français. C’est la protection de tous par tous.

Ce revenu libérerait nos concitoyens de la peur de l’avenir et de ses aléas financiers. Ainsi protégé du risque d’exclusion, chacun pourra en conscience choisir de renoncer à tout ou partie de son salaire pour allonger la durée de ses études, reprendre une formation, s’engager bénévolement, créer sa propre activité, ou tout simplement bénéficier de davantage de temps pour s’investir dans sa vie personnelle et familiale.

Cette évolution se fera en plusieurs étapes. La première concernera les jeunes et les précaires qui bénéficieront d’un versement automatique du montant du RSA augmenté de 10% à tous les jeunes de 18 à 25 ans ainsi qu’à tous les ayants droits.

Le système néolibéral a produit à la fois la précarité et le populisme. Qu’on le sache : une alternative est possible. Celle d’une société moins inégalitaire, protectrice et fraternelle. Et j’en suis convaincu : le revenu universel d’existence est l’un des fondements de cette société.

Votre navigateur est dépassé !

Mettez à jour votre navigateur pour voir ce site internet correctement. Mettre à jour mon navigateur

×