Invité de Jean-Jacques Bourdin sur la chaîne BFM TV, le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a évoqué la sécurité à Marseille, la réforme de la Justice et a répondu aux critiques sur son action.

Sécurité : «l’État, le gouvernement, ne laissent pas tomber Marseille»

Au lendemain d'un nouveau règlement de comptes à Marseille, Manuel Valls a expliqué la situation de la cité phocéenne:

La moitié de Marseille, ce sont des quartiers populaires, des cités. Elles ont été abandonnées, ces cités, en matière de sécurité, d’école, de lutte contre la pauvreté et la précarité.

Et de mettre en cause le maire de Marseille Jean-Claude Gaudin (UMP) qui a, suite à des discussions avec le ministre, fini par mettre en place un système de vidéoprotection et une police municipale. Par la suite, Manuel Valls a rappelé l'action du gouvernement depuis un an pour redresser la situation, en particulier l'affectation de 230 policiers et gendarmes de plus (alors que le gouvernement précédent en avait supprimé 175).

Enfin, Manuel Valls a rappelé les bons résultats de la politique mise en place: baisse de la délinquance quotidienne (-14% d'atteintes volontaires à l’intégrité physique ; -9% d'atteintes aux biens ; -18% de vols avec violence) et démantèlement des trafics de drogue, il a également annoncé l'affectation de policiers supplémentaires.

Réforme de la Justice: un travail collectif

Interrogé sur les rumeurs de divergences avec Christiane Taubira sur la réforme de la Justice, le ministre s'en est défendu et a réaffirmé le caractère collectif du travail mené entre les différents ministères et la présidence de la République.

Il y a un travail interministériel et notamment entre les cabinets de Christiane Taubira et le mien depuis des mois. Ça a été le cas notamment au mois de juillet. Il y a des réunions avec le président de la République et le Premier ministre.

Manuel Valls a ainsi expliqué l'interdépendance des deux ministères: la chaîne pénale nécessite que magistrats et forces de l'ordre travaillent ensemble «pour être les plus efficaces possibles».

Rumeurs «d'esprits malintentionnés»: Manuel Valls répond aux critiques

Le ministre de l'Intérieur a réagi aux critiques quant à son intervention lors du séminaire de la France en 2025. Dénonçant ses fuites, il a précisé son propos: à l'avenir, l'un des changements majeurs sera la démographie qui aura des conséquences sur le plan alimentaire, sur le plan des transports, sur le plan économique, sur le plan éducatif et sur le plan migratoire. S'agissant en particulier de l'Afrique, qui comptera alors 2 milliards d'individus, Manuel Valls a insisté sur la mise en place d'un partenariat notamment sur les questions migratoires:

il faut rebâtir un partenariat avec l’Afrique, notamment sur la question migratoire. (...) C’est l’ensemble de nos politiques migratoires qui devront être questionnées pour la France et pour l’Europe, et notamment sur le bassin méditerranéen, et toutes les questions seront posées.